BIENVENUE SUR LE FORUM.
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil aux postes vacants et aux scénarios.
Bonne visite à vous tous
SOUTENEZ LE FORUM
n'hésitez pas à nous soutenir sur PDR et Bazzart.
et votez pour the road of destiny, c'est votez pour la reproduction des ananas.
IMPORTANT.
des activités sont mis à votre disposition volley ball et l'intrigue.
et n'oubliez pas de vous faire recenser, car la fin du recensement est le 11.09.13

Partagez | .
 

 ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
THE BIG NOEIL-NOEIL
avatar

√ COCKTAILS : 132
√ PSEUDO : Island.
√ CREDITS : sugar slaughter.
√ AGE DU PERSONNAGE : très vieux.
√ METIER : Surveiller les survivants.
√ STATUT SOCIAL : C'est quoi ça ?
√ OCCUPATIONS : faire trembler l'île, faire paniquer les survivants, piquer toutes les bananes, faire entrer des malchanceux...

MessageSujet: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Sam 22 Juin - 16:36


CAN YOU SURVIVE ?
UNE ONCE D'ESPOIR DANS LES REGARDS.
L'avion venait de s'écraser sur le sable chaud de l'île emportant avec lui, les passagers paniqués et morts. Quelques minutes plus tard, des corps jonchaient le sol, dégageant une vue monstrueuse des cadavres. Il y avait également les survivants. Certains s'évanouissaient par cette lourde situation et d'autres s'engager déjà à sauver certaines vies. Quant aux autres... ils analysaient la situation imaginant les pires scénarios... bien que celui qui venait de faire irruption dans leur vie ait d'ores et déjà changer leur destin. Sceller dans les griffes de cette île. Les gens se calmaient même si certains cris se faisaient retentir de temps à autre. Il était désormais temps de faire un feu de camp pour se réchauffer et manger pendant que les secours arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roadestiny.forumactif.org
avatar

√ COCKTAILS : 1324
√ PEPINS : 0
√ CELEBRITE : Jenna Louise Coleman
√ PSEUDO : Halay
√ CREDITS : sweet poison.
√ AGE DU PERSONNAGE : 26 ans.
√ METIER : « presque » cuisinière, elle enchainait les petits boulots dans l'espoir de devenir cuisinière serait plus exact.
√ STATUT SOCIAL : Célibataire.
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash
√ OCCUPATIONS : Rêver, s'inventer des histoires ou d'autres vies, raconter des histoires, lire, regarder la télé avec un paquet de chips, cuisiner des trucs immangeables et les manger ensuite pour se donner raison, être chiante, dire à tout le monde que tout n'est pas perdu, suivre tout le monde afin de découvrir de nouvelles choses (ou pour chercher des problèmes selon son humeur...), regarder un film en se jurant de ne pas pleurer pour au final ressembler à une fontaine...

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Ven 28 Juin - 14:26


Mon dieu... J'étais incapable de me lever, coucher sur du sable, mes yeux observés le ciel bleu. Je ne comprenais pas vraiment ce qui était en train de se passer. J'étais dans un avion, un avion qui devait m'emmener à San Francisco. Puis il y avait eu des turbulences, puis... puis je m'étais réveillée ici. Nous avions certainement perdu connaissance avant de s'écraser ici. Nous étions encore en vie ? Combien y avait-il de chances d'être encore vivants après ce genre d'accident ? M'asseyant brusquement je regardais autour de moi, voyant du monde courir dans tous les sens, s'activer... C'était juste horrible, moi qui habituellement voyait le bon côté des choses... comment le voir maintenant ? Oh si nous étions vivants, mais tout de même. Une pensée s'imposa à moi, j'étais avec mon meilleur ami dans l'avion, alors où pouvait-il être puisqu'il n'était pas à côté de moi. Il ne m'en fallu pas plus pour me mettre debout, la tête me tournant légèrement, j'attendais une petite minute avant de commencer à avancer au milieu des débris et des survivants. J'avais eu beaucoup de chances, certains étaient morts, d'autres semblaient blessés... Je n'avais rien d'autres que de petites égratignures par ci par là ainsi qu'une petite plaie sur le front et un mal de tête horrible. Je m'en sortais bien. Très bien même, par je ne sais quel miracle. Je ne m'occupais de personnes avant de retrouver mon meilleur ami. Par miracle, je finissais par tomber sur lui et il allait bien...

Voilà quelques heures que l'avion s'était crashé. Peu à peu le calme était revenu. En revanche toujours aucune nouvelle des secours. Certains avaient donc décidé d'allumer un feu et avaient trouvé dans les débris de l'avion de quoi manger. Même si les secours allaient très certainement arriver dans quelques heures, tout au plus, il fallait bien se nourrir afin de nous redonner des forces. Assise, entourée de quelques personnes dont j'ignorais les noms, je les observais, chacun d'eux... Nous étions en vie, c'était une chance, mais je n'étais pas certaine que leur dire ce genre de chose était une bonne idée... sauf si je voulais me faire détester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Ven 28 Juin - 22:20




Oh Lord, I'm still not sure what I stand for



Elle se souvenait de la douceur des doigts de Sierra au creux de sa paume, alors que celle-ci se concentrait sur le film diffusé sur sa tablette. Elle se souvenait des mots qui tourbillonnaient sur le papier blanc, alors qu’elle les absorbait, les uns après les autres, prête à les recracher à la face de ce directeur de casting qui avait accepté de lui « donner une chance ». Elle se souvenait du rouge à lèvre trop rouge de l’hôtesse de l’air, de l’odeur assez désagréable que dégageait son voisin, de l’autre côté de l’allée, et de la façon dont le jeune homme, trois rangées plus bas, se retournait toutes les trois secondes pour lui jeter un regard, faisant mine d’être occupé à autre chose.

Elle se souvenait d’une secousse, puis deux, des doigts de Sierra qui broyaient sa main, ses papiers qui tombaient par terre, du sourire de l’hôtesse qui se tordaient, du voisin de l’autre côté de l’allée qui paniquait, et le regard hagard lancé par l’inconnu, trois rangs plus bas. Elle n’avait pas vraiment compris. Il y avait eu les larmes, la lumière aveuglante, et le noir, complet.

Lorsqu’elle avait ouvert les yeux, trois soleils éclairaient le jour. Trois soleils dansant au milieu d’un ciel de carte postale. Elle sentait, bien sûr, que quelque chose n’allait pas, parce que l’eau recouvrait ses pieds et caressait son nombril, et qu’il y avait cette douleur, atroce, dans son épaule gauche, mais surtout, un son aigu vrillait ses tympans, des acouphènes horribles dont elle connaissait bien la cause. A tâtons, elle trouva le chemin de son oreille, et d’un geste qu’elle pensa vif, mais qui n’en était que plus lent, arracha son appareillage. Le son cessa, et tout devint silence.

Ce n’est que lorsqu’elle se redressa qu’elle comprit ce qu’elle venait de vivre. L’horizon s’étendait au loin, magnifique. Mais entre elle et lui, l’océan charriait son lot de cadavres. L’eau avait pris une teinte de sang. Au loin, en se retournant, difficilement à cause de la douleur, elle voyait la carcasse de l’avion, et des gens courir et, elle le devinait, crier. Mais à ce moment déjà, une seule chose lui importait vraiment. Elle devait trouver Sierra.

Elle se redressa, chancelante. Il lui manquait une chaussure. Elle s’apprêta à abandonner la deuxième pour marcher librement dans le sable, mais qui sait quand elle pourrait en avoir besoin ? Alors elle se traina, en direction de l’avion encore fumant. Elle avait effleuré du bout des doigts son épaule, retenu un cri, et ramenait vers son visage une main poissée de sang. A quel point cela était-il grave ? Peu importe. A ce moment-là, c’était ses poumons qui souffraient, alors qu’elle hurlait, encore et encore, le nom de sa petite sœur.

Elle l’avait retrouvée. A l’ombre d’un train d’atterrissage déchaussé. Un homme lui soutenait la tête, alors qu’une femme remettait en place son genou disloqué. Elle l’avait serré si fort, que la douleur avait eu raison d’elle. Elle s’était évanouie.

Elle avait repris ses esprits bien plus tard, alors que la nuit était sur le point de prendre possession du monde. Allongée sur le sable, une couverture rigide de sel la couvrant jusqu’aux épaules. Elle avait levé une main jusqu’à sa blessure, caressé le pansement grossier, creusé jusqu’à la peau, jusqu’à effleurer les points de suture irrégulier. Ca devait être moche. Elle allait garder une cicatrice.

Sierra l’avait aidée à se lever, et à rejoindre le feu qui crépitait joyeusement au centre d’un cercle de survivants. Survivants. Le mot lui donna la nausée. Elle s’avachit lourdement dans le sable, couina lorsque le choc se répercuta jusqu’à sa clavicule –qu’importe, elle ne pouvait pas s’entendre pleurer, c’était déjà une consolation en soi. Son bras valide entourant les épaules de sa cadette, elle se perdit dans la contemplation du feu. Il fallait qu’elle essaye de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

√ COCKTAILS : 469
√ PEPINS : 10
√ CELEBRITE : Karen Gillan
√ CREDITS : Arwene
√ AGE DU PERSONNAGE : 25 ans
√ METIER : photographe
√ STATUT SOCIAL : Célibataire
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Lun 1 Juil - 22:48


Je commençais à ouvrir les yeux. Notre avion venait de se crasher. J'étais encore sous le choc. J'étais couverte de sang, mais j'étais incapable de dire si ce sang était le mien ou s'il appartenait à une autre personne . Je me suis assise et j'ai vu qu'il y avait d'autres personnes autour de moi, certaines personnes semblaient être encore en vie, mais étaient encore couchées sur le sable. D'autres étaient mortes pas très loin de moi. Il y avait aussi des personnes qui couraient un peu partout, elles devaient surement être paniquées et certaines d'entre elles étaient blessées. J'étais paniquée, je priais pour que tout cela ne soit qu'un rêve, mais j'ai vite réalisé que je n'étais pas en train de rêver. Je me suis mise debout, je ne me suis pas sentie bien, avant de retomber sur le sable. Je me souvenais du décollage de l'avion, je me souvenais de mon voyage, mais après ça je ne savais pas ce qu'il s'était passé. Ma mère était surement en train de m'attendre et ne me voyant pas arriver elle allait surement s'inquiéter. Si seulement je pouvais la prévenir. Je n'avais plus qu'une chose à faire attendre les secours. D'ailleurs je m’inquiétais à l'idée de ne pas les voir arriver.

Le temps commençait à être long. Les secours n'étaient toujours pas là alors que nous étions sur l'île depuis déjà plusieurs heures. Des larmes commençaient à couler le long de mon visage, j'étais assise sur le sable en observant la mer qui était devant moi. Je n'avais pas bougé depuis mon réveil, je n'avais même pas osé aller voir les autres pour savoir s'ils allaient bien. Je regardais les gens qu'il y avait autour de moi. Je n'étais pas la seule à pleurer, certains pleurer à la perte de l'être cher, d'autres de peur de le perdre, d'autres par peur de ne pas s'en sortir et d'autres par douleur. J'attendais l'arrivée des secours avec impatience, en espérant qu'ils n'allaient pas tarder, pour que ce cauchemar se termine vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

√ COCKTAILS : 92
√ PEPINS : 0
√ PSEUDO : Timidou
√ CREDITS : (c)pixntoast
√ AGE DU PERSONNAGE : 36 ans
√ METIER : Musicien
√ STATUT SOCIAL : Célibataire
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash
√ OCCUPATIONS : Collectionner les insectes, ramasser des fleurs, tailler des bouts de bois, fabriquer des trucs et des machins pour les enfants, raconter des histoires, pleurer dans son coin, faire comme si tout aller bien, apporter de la tendresse dans ce monde hostile, dormir à la belle étoile en haut des collines, écrire, écrire et encore écrire pour ne pas devenir définitivement fou...

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Mar 2 Juil - 11:40

" Je tisse comme une araignée du ciel le fil qui relie les rêves et la réalité et dans ma toile j'embarque l'espoir absolu" M.Malzieu  



 "Rendors toi mon ange, quand tu ouvriras les yeux nous serons peut être arrivés. " Je fais tout mon possible pour l'apaiser, mais Abigaïl ne parvient pas à trouver le sommeil. Dans cet état d'excitation fébrile à l'idée de voler, rien ne pourrait l’assommer. Elle n'a peur de rien, pas même du ciel qui nous gronde avec ses nuages noirs et ses éclaires pour nous punir. Punir de quoi ? Qu'avons nous fait pour mériter une telle colère ? L’atmosphère est pesante dans l'avion, l'orage m’assomme et me coupe la respiration. Il fait si chaud tout à coup, j'ai beau retourner mille fois le bouton climatisation ce dernier ne fonctionne plus. Abigaïl est collée à la vitre, elle rêve, elle n'a pas conscience que dans quelques minutes elle manquera d'oxygène. Personne ne semble en avoir conscience, et pourtant nous respirons déjà la panique à pleins poumons. Reprenant doucement ma respiration je tente de calmer mes angoisses, en vain. Je sens que quelque chose ne va pas, c'est la peur dans le regard des voisins, l'agitation des fauteuils qui tremblent de plus en plus fort.

Une hôtesse circule dans le couloir, je lui demande si tout va bien. Soucieuse elle me fixe avec son sourire prototype, celui qu'elle a longtemps élaboré dans le miroir des toilettes. La jeune femme élude ma question et me propose à boire, dissimulant ainsi ses inquiétudes dans un verre d'eau. A cette heure là j'aurais plutôt besoin d'un alcool fort pour me rassurer, mais tout ça c'est terminé, je m'en suis fait la promesse. Néanmoins je sens déjà les affres du manque. Vecteur de ma paranoïa, mon corps réclame son liquide abrutissant. Heureusement pour moi je connais un remède à tous les maux de la vie, ma fille.Tu crois que Zazou aimera le nouveau monde Papa ? "   Son sourire me réconforte. L'espace d'un instant je la regarde, émerveillé. " J’ai un joli p'tit lot de noix de coco, dibidibi qui se suivent comme des numéros, des grosses, des maigres, tous à la file indienne... ". Abi chante et fait danser son drôle d'oiseau en peluche. Puis la chanson se termine au même rythme que les battements de nos cœurs. Une alarme assourdit nos rêves, on se regarde sans comprendre. Les gens s'éparpillent, se mettent à crier. C'est alors que j'ai l'effroyable réflexe de regarder par la fenêtre Abi pleure maintenant,  je la sers dans mes bras pour ne pas qu'elle voit l'avion en flamme. Paralysé par la peur je ne peux plus détourner mes yeux du cauchemar. Ma tête tourne, la respiration nous manque et déjà l'avion chute à une vitesse vertigineuse. La force centrifuge nous projette en tout sens et menace de nous séparer. Ne te retourne pas Abi, regarde moi, regarde cette vie qui nous tend les bras, notre chance. Ce que je ressens, le manque, la peur, la douleur, rien de tout cela n'existe à présent, seulement l'amour et son lot d'espoir. Cette main tendue qui m'appelle, le fracas de la taule sur sa peau fragile qui l'englouti tout entière, Abi. Il ne restera rien que je ne puisse oublier, ni ses yeux pleins de larmes ni cette voix étranglée. L'espace d'un instant voir son monde s'éventrer et se demander pourquoi, pourquoi pas moi.


Mort, je dois être mort. Je me réveil dans un endroit inconnu, la tête lourde, les jambes paralysées. Tout se chevauche dans mes pensées, cette vie, la mienne et celle que nous n'aurons jamais. Soudain un nouveau souffle m’éveille, Abigaïl. Je me souviens de tout, du crash et de nos rêves. Ma fille, je voudrais voir ma fille. Où est-elle ? Où sommes nous ? J'ai du sable dans les yeux et du sel dans la voix, je n'y voit plus rien, que se passe-il ?  A de mi aveugle, muet, paralysé, impuissant, je suis couché au milieu des décombres.  Pourquoi cette destinée? Pourquoi autant de souffrance ? Je fais tout mon possible pour me relever, mais la douleur est si forte qu'elle me clou au sol. Une jeune femme s'approche de moi et me somme de garder mon calme. Je parviens difficilement à la convaincre de me laisser et de partir à la recherche de ma fille. Bien vite la douleur me fait perdre de nouveau connaissance. Lorsque je m'éveille l'île semble avoir retrouver son calme, je mesure alors l'étendu du cauchemar... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

√ COCKTAILS : 531
√ PEPINS : 0
√ PSEUDO : hoprecy mirror.
√ CREDITS : requiem avatar, gifs tumblr.
√ AGE DU PERSONNAGE : 34 ans.
√ METIER : Illustrateur.
√ STATUT SOCIAL : divorsé.
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash
√ OCCUPATIONS : Baseball, faire mes croquis, gastronomie, les filles, la bierre devant la télé ou dehors, ma voiture, les tartes aux poireaux, la musique rock, les films dramatiques ...

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Ven 12 Juil - 20:33


Certaines personnes oublient car elles ne veulent pas se souvenir.

Il y a une chose qu'il allait désormais retenir de cette après-midi, c'était de ne pas laisser traîner un verre d'eau sur la table du salon avec ses croquis à côté. Bien évidemment avec sa maladresse légendaire, sa main avait effleuré le verre et causer la perte de six heures de travaux acharnés. L'irrésistible envie de se pendre ne tenait qu'à un fil. Il s'était résigné à mordre son poing et s'habiller à toute hâte avant de rater son avion. Et si seulement il avait eu cette chance... Une heure et demie après, il se tenait tranquillement dans son siège. Il y avait une légère angoisse enfouie dans ventre, qu'il tentait de dissimuler en dessinant des gribouillis sur une feuille vierge. Le tout était de garder son calme. Il appréhendait le décollage de l'avion. Il se sentait mal à l'aise avec toutes ces personnes. Asocial pur et dur. Une vieille dame qui abordait un air au caractère bien trempé vint s'installer sur le siège voisin. Il apportait discrètement sa manche à son nez pour ne pas étouffer avec le parfum -assez- immonde de la vieille. Il préférait encore supporter l'odeur d'une charogne qui venait de déglutir dans des ordures, que d'avoir l'odeur de parfums bon marché dans les narines. Par chance la personne âgée, trouvant le siège inconfortable, s'installa ailleurs. Il reprit son activité pour se détendre. Les hôtesses expliquaient qu'en cas d'urgence il y aurait des masques à oxygène qui descendraient automatiquement vers eux. Rassurant. Wesley se rassurer mentalement en se répétant que rien n'allait lui arriver. Rien... Eh bien il se trompait totalement. L'avion planait déjà depuis quelques minutes que des turbulences se firent ressentir. Et là, le drame... Sa feuille et ses crayons partirent dans tous les sens. Lui se prenait des coups de partout. Il essayait d'apporter le masque d’oxygène à sa bouche mais, sa ceinture se brisa et il atterrit sur le siège voisin. Sa tempe saignait gravement, ce qui enclencha un évanouissement total.

Ses paupières s'ouvraient doucement, aveuglant ses jolis yeux azur. Il voyait double et une douleur intense le perturba davantage. Il portait sa main vers sa blessure. Le jeune homme sentait du liquide chaud se glisser sur ses doigts. Il ne prit pas la peine de regarder. Wesley essayait de se relever avec difficulté. Sa jambe tenait à peine en équilibre et il devait se reprendre à plusieurs reprises avant de pouvoir faire un pas l'un devant l'autre. Son jean délavé était déchiré au niveau de son genou gauche et il n'avait plus de chaussures. Sa chemise blanche était à moitié ouverte, imbibée de sang -d'inconnu ? - et également déchiré à certains endroits. Sa vue commençait à revenir doucement. Enfin il comprenait la situation. C'était son jour de chance dit donc. Il se demandait comment avait-il pu survivre à un tel choc ? Comment ? Et comment ces personnes étaient telles encore en vie . Des cris secouaient ses oreilles. Il y avait des pleurs, des gens qui priaient -à quoi bon ? Leur bon Dieu planait sur un nuage avec un kinder- et bien évidemment des morts qui jonchaient le sable qui aurait pu se confondre avec du sucre dû à sa couleur. Il allait aider quelques personnes et après quoi ? Il tentait de chercher son carnet de dessins mais, tout avait dû finir dans l'eau ou enflammé... Le soleil commençait à se coucher et les secours n'étaient toujours pas arrivés. Bande de branleurs de médeux ! Il espérait que l'avion avait été au moins équipé d'un radar pour suivre leur trajectoire. Sinon les chances de survie se réduisaient.

ps: désolé des fautes restantes :s


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par ce rejoindre. De ton chemin tu vois l'autre personne devenir de plus en plus petite. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, à la fin elle sera là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

√ COCKTAILS : 44
√ PEPINS : 5
√ PSEUDO : Alex.
√ CREDITS : Aisen.
√ AGE DU PERSONNAGE : 23 ans.
√ METIER : Ingénieur en informatique, fraîchement diplômée.
√ STATUT SOCIAL : Célibataire.
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Dim 28 Juil - 14:41

Elle ouvrit les yeux, en entendant le son d'une guitare au loin. « Thomas ? » Non, ce n'était pas son demi-frère qui grattait son instrument favori. Voyons, Alex, reprends-toi. Tu étais dans l'avion puis... Puis rien. « L'avion ! Oh mon dieu, l'avion ! » Elle porta sa main à sa bouche, les yeux écarquillés. Elle avait assisté au déchirement de l'avion. Elle devait être morte à l'heure actuelle. Mais elle était vivante... enfin, elle le croyait. La jeune femme réussit à se mettre sur son séant sans grand soucis. L'informaticienne attendit que les vertiges disparaissent avant de se mettre totalement debout. Ses mains vérifièrent si elle était blessée. A part une plaie au front platonique et des écorchures sur les bras, le cou et le visage, ainsi qu'une blessure au genou, elle s'en était bien tirée. Alex essuya le filet de sang qui était parvenu à sa joue.

Son regard détailla les environs. Que des arbres. Que de foutus arbres. Oh, un blessé... Alexandra se dirigea vers lui au pas de course, jusqu'à ce que le sang lui batte aux tempes et que ses vertiges reprennent. La victime était face contre terre. Elle le retourna délicatement avant d'étouffer un sanglot en découvrant que son visage avait été tout simplement déchiqueté. Il était méconnaissable. Alexandra prit tout de même le soin de lui fermer les yeux. Les mains pleines de sang, elle se détacha du monde en closant ses paupières. Le son de la guitare avait disparu. Elle en avait peut-être rêvé ? Elle sut une chose en tout cas... Il fallait à tout pris qu'elle retrouve les autres survivants... Elle avait complètement oublié qu'il devait y avoir d'autres personnes. A croire que le choc avait lacéré sa mémoire et ne lui avait laissé que des lambeaux. Son corps maigrichon se convulsa à l'idée d'être la seule survivante. Elle avait toujours craint la solitude.

Maladroitement, Alexandra se dirigea tant bien que mal devant elle. Les branchages épais accidentaient ses mouvements mais elle pouvait apercevoir la plage de sable fin qui se trouvait non loin. Là-bas un affreux spectacle l'accueillit. Un véritable champ de bataille. Des cadavres par dizaine couvraient le sol. Les cris étaient interminables et les hurlements de douleur morale plus que physique torturèrent l'esprit d'Alex, lui donnant un haut-le-cœur. Elle se laissa tomber sur le sable, ses mains couvrirent son visage.

Elle n'émergea guère de sa torpeur lorsque deux douces mains écartèrent les siens. L'alcool la piqua au front. Les doigts de fée appliquèrent un pansement à sa blessure au front beaucoup plus grave qu'elle ne l'imaginait. Les iris clairs d'Alex observait sa jeune salvatrice sans la voir, enfermée d'ores et déjà dans sa bulle. La main s'attarda sur son épaule, lui intimant courage puis la demoiselle aux cheveux longs s'éloigna tel un mirage, vers d'autres blessés.

* * *
Quelques heures avaient passé. Alexandra n'avait pas quitté sa place. Sa peau se couvrait de chaire de poule. Elle avait froid et ses membres s'étaient engourdis. Il fallait qu'elle marche un peu. Nouant sa longue crinière brune souillée de sang dans une queue de cheval, la jeune fille se releva doucement. Son regard se perdit dans l'horizon avant de s'intéresser aux survivants. Oh, un visage familier. C'était la jeune fille qui lui avait donné les premiers soins. Alexandra s'obligea à marcher malgré ses jambes lourdes. Elle s'arrêta devant l'inconnue, resta quelques moments silencieuse avant que sa voix placide ne se fasse entendre :

« Merci pour ton aide. »

Sa main toucha le pansement qui se détachait de sa peau d'albâtre. « Je n'ai pas eu l'occasion de le faire tout à l'heure. L'avion a crashé, n'est ce pas ? » Une question des plus idiotes mais c'était un moyen de s'en convaincre. C'était juste... insensé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

√ COCKTAILS : 51
√ PEPINS : 5
√ PSEUDO : HellPoison
√ CREDITS : sur l'avatar
√ AGE DU PERSONNAGE : 23 ans
√ METIER : Internat en medecine 1ère année
√ STATUT SOCIAL : underco'
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Dim 28 Juil - 15:29

Jude était debout et tenait quelqu’un dans ses bras, elle ne savait pas qui était cette personne alors elle s’en détacha pour la voir. Katy. Jude se souvint…elle était morte, elle eut un énorme pincement au cœur en se rappelant de ça et se mit à pleurer à chaude larmes « Jude ! Vas les aider ! » Mais de qui parlait-elle ? Jude n’en avait pas la moindre idée. Alors que Katy la secouait comme un prunier et qu’elle lui hurlait dessus Jude ouvrit les yeux et se redressa. Elle était assise sur le sable et elle pleurait, elle avait aussi très chaud et mal au crâne, sa tête tournait, elle posa ses mains sur les côtés de son crâne et appuya, mais dès qu’elle força un peu, une douleur lui traversa tout le corps. « Aie.. » Après avoir souffler et reprit ses esprits, elle se redressa. Il fallait qu'elle aide tout ces gens ! Jude attrapa tout les sacs qu'elle vit et essaya de trouver ce qu'il lui fallait, des pansements, de l'alcool, des bandages. Alors qu'elle avait déjà aidé plusieurs personnes, la jeune O'Grady remarqua qu'une jeune femme était assise sur le sable un peu plus haut. Jude s’approcha doucement et remarqua que c’était une jeune femme assise sur le sol, le visage caché par les mains et les mains pleines de sang, Jude fronça les sourcils et s’approcha puis s’accroupi devant la jeune femme. Elle prit délicatement les mains de la jeune femme et les descendit pour pouvoir regarder sa blessure, elle était ouverte au niveau du front, une belle entaille, Jude se pencha sur le petit sac qu’elle avait posé à côté d’elle et prit un mouchoir sur lequel elle vida un peu d’alcool, elle tamponna ensuite la plaie et mit un pansement pour que tout cela ne s’infecte pas. Elle regardait la jeune fille avec compassion, celle ci avait l’air totalement perdue, elle ne devait pas comprendre ce qu’il se passait et avec un trou comme cela sur le front c’était normal qu’elle soit déstabilisée.

Une fois qu’elle eut l’impression que tout le monde était plus ou moins en bon état, Jude retourna voir un homme dont elle s’était occupé beaucoup plus tôt, il lui fallait de meilleurs soins, il fallait l'emmener à l’hôpital sinon il allait mourir. Jude ne savait plus quoi faire. Elle n’avait pas compté les heures depuis la dernière fois où elle était venue le voir mais apparemment beaucoup trop d’heures s’étaient écoulé puisque l’homme en question arrêta de vivre dans les bras de Jude. Elle se mit à pleurer, toute la pression de la journée sortie d’un coup. Un homme vint emmener Jude plus loin et la laissa assise sur le sable, face à l'eau. La jeune O’Grady continua de pleurer un moment tout en fixant droit devant elle. Elle se stoppa quand une jeune femme s’approcha d’elle, cette jeune femme s’arrêta devant elle et la remercia. Jude allait se remettre à pleurer si elle ne se concentrait pas. Cette jeune femme se tenait là devant elle et elle la remerciait, Jude ne voulait qu’une chose pleurer, pourquoi se faisait elle remercier alors qu’elle n’avait pas été capable de sauver cet homme ? Il n’avait rien demandé et il lui restait plusieurs années à vivre ! Pourquoi n’avait elle pas été fichu de l’aider ! De mieux s’occuper de lui ! Alors que Jude allait tourner la tête pour voir le corps de l’homme la jeune femme lui demanda si l’avion s’était craché. Jude allait se mettre à rire nerveusement mais elle se retint en posant ses yeux sur la jeune femme.  « Oui.. il s’est bel et bien crashé » avoua t-elle. Elle inspira et ferma les yeux pour se calmer, que ses nerfs se calment, que son esprit se calme, que son corps arrête de la faire souffrir. D’ailleurs, elle avait oublié de se soigner, elle se mit un peu plus droite et souleva sa chemise pour voir l’ampleur des dégâts, c’était vraiment moche, très moche, le sang avait séché tout autour et sur la plaie, le sang était mélangé à du sable et des bouts bizarre, peut être des minuscules fragments de l’appareil. « Approches toi, je ne vais pas te manger » dit elle en essayant de faire une pointe d’humour mais son ton ne mentait pas, elle n’était pas en état de rire. «Tiens, bois ça » dit elle sur un ton qui voulait dire ‘ on ne discute pas ‘ elle tendit la bouteille d’eau, qui avait prit place dans son sac, à la jeune femme.  Elle lança un petit sourire à la belle brune. « Je dois avoir une tête horrible, et je m’appelle Jude ! J’aurais vraiment aimé te rencontrer dans d’autres circonstances ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

√ COCKTAILS : 70
√ PEPINS : 0
√ CELEBRITE : Daniel Sharman.
√ PSEUDO : .psychotic alchemist
√ CREDITS : Tumblr/Bazzart.
√ AGE DU PERSONNAGE : 20 ans.
√ METIER : Horloger.
√ STATUT SOCIAL : Célibataire.
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Lun 29 Juil - 13:06

L'hélicoptère était toujours perché. Harry était sûr d'une chose à présent : il ne volerait plus. Lui qui avait tant espéré le voir disparaître regrettait à présent que sa promesse se soit exaucée. Garrett et lui était ici depuis sept jours. Six nuits avaient ponctué leurs errances dans la jungle et ils avaient fini par se rendre à l'évidence : personne ne vivait sur cette île. Ils n'avaient croisé ni route ni maison et la situation avait de quoi les rendre fous. Enfin du moins, c'est ce qu'Harry pensait. Alors il avait attendu, c'était aussi simple que cela. Son père finirait par lancer un avis de recherche et celui de Garrett l'imiterait. Après tout, leurs deux fistons disparaissaient simultanément en emportant cet engin de malheur ?

***
L'avion traversa le ciel à la vitesse de l'éclair, piquant dangereusement du nez. L'appareil sembla de rompre en deux et l'espace du instant, Harry crut qu'il rêvait. Un vacarme assourdissant traversa les épais feuillages de la jungle qui couvrait l'île en grande partie. Le jeune homme, qui n'était pas si loin de la plage en définitive, esquiva de justesse un morceau de taule qui fendit l'air. Se recroquevillant derrière un arbre il attendit. Combien de temps, il n'en avait aucune idée. Mais peut-être que ces engins volants - et maudits, deux machins qui s'écrasent ici en une semaine, ça faisait beaucoup - risquaient d'exploser après un choc aussi terrible.

Lentement Harry se remit debout et chercha son camarade du regard. Une idée germait lentement dans sa tête et tout lui indiquait qu'il fallait s'y plier. Repérant finalement Garrett, le jeune homme progressa lentement dans sa direction. En s'écrasant l'avion s'était comment dire... éparpillé.

« Y a peut-être des survivants. On devrait aller voir et si jamais il reste quelques personnes, on devrait se fondre parmi elles, l'air de rien, comme si nous étions dans l'avion. »

A voix haute, l'idée lui semblait farfelue mais au fond, c'était un bon moyen de survivre. Enfin c'était peut-être la faim qui lui soufflait les mots. Bref. Sans attendre de réponse, Harry émergea des arbres en boitillant légèrement, blessure réelle due à son propre crash au milieu des arbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

√ COCKTAILS : 47
√ PEPINS : 0
√ CELEBRITE : Colton Haynes
√ PSEUDO : Lily
√ CREDITS : Tumblr/Bazzart
√ AGE DU PERSONNAGE : 20 ans
√ METIER : Interprète
√ STATUT SOCIAL : Célibataire.
√ NAUFRAGE OU CRASH : crash
√ OCCUPATIONS : Regarder l'horizon, chercher des kinder bueno, ramasser des coquillages, penser à l'avenir, rêver, faire des blagues débiles...

MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   Lun 29 Juil - 17:12

Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. Six. Six jours qu’ils étaient ici. Sur cette île de malheur, dont ils ne connaissaient même pas les coordonnées, l’emplacement, bref, ils étaient perdus. L’hélicoptère était toujours là où il avait atterrit, en haut des arbres bordant la plage et il semblait les narguer, leur disant que de toute façon, ils en pourraient pas repartir sans lui. Foutaise, ils trouveraient bien un moyen non ? En tout cas, pour le moment, l’île n’avait rien d’horrible. Elle était même plutôt sympa de là où ils étaient.  Bon, il y avait les moustiques, cette végétation étranges mais pour le reste… Le seul problème était peut être la nourriture. Pour ça, ils allaient devoir se débrouiller seuls. Et que devaient penser leurs parents en ce moment même ? Ils avaient du lancer un paquet de flics, ou d’autres gens bien spécialisé à leur recherche. Voyons, les deux garçons qui disparaissaient en même temps, dans un engin volant… Où avaient-ils pu bien passés ?

Boum. Ils n’étaient plus seuls. Enfin, si les passagers de l’avion que venait de s’écraser sur l’île n’étaient pas encore morts. Sur le coup, Garrett avait cru rêver. Avec Harry, ils n’avaient pas vu un seul avion passer au dessus de leur tête depuis qu’ils étaient ici. Alors en voir un se crasher sur leur belle île… Il esquissa un morceau de taule à son tour, se précipitant derrière Harry. Il vit Harry s’approcher de lui et avant même qu’il balance une blague débile, ou une autre connerie dans le genre, son ami lui proposa quelque chose. Venant d’une autre personne, Garrett aurait refusé. Mais c’était Harry, et Harry avait toujours des idées chouettes, du moins, pour lui. Après tout, pourquoi pas ? Se fondre dans la masse, mieux s’intégrer, peut être mieux survivre… Ils n’avaient qu’à tenter leur chance. Son ami ne l’attendit pas et le jeune homme se contenta de bougonner.

J’te suis…

Il se redressa et se rapprocha de lui, regardant autour de lui. L’avion était en mauvais état. S’il y avait des survivants, ils pouvaient s’estimer heureux d’avoir survécu à ce crash. Il le suivit en silence, au aguets. Plus ils approchaient de l’appareil, plus Garrett avait l’impression qu’en réalité, il y avait plus de survivant que ça. Des cris, des pleurs… Et lorsqu’il vit émerger les premières silhouettes, il en eu la certitude. Une chose était sûr, ils n’étaient donc plus tout seul sur cette île.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.   

Revenir en haut Aller en bas
 

ATTERRISSAGE SUR L'ILE. {premier sujet groupe}.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PREMIER SUJET D’INTÉGRATION ∞ do you wanna make a picnic ?
» Lettre ouverte au Président de la République, au Premier Ministre et ...
» Haïti-Premier ministre : Vers une entente entre le GPR et l’exécutif pour la rat
» LE GROUPE D'AVENTURIERS
» L'Art Est Le Plus Beau Des Mensonges | Groupe 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE ROAD OF DESTINY. :: 
IT IS TIME TO HAVE FUN
 :: ~❈ le temps révèle toute chose ❈~ :: anciens rp
-